Chaire de recherche sur l'obésité Centre de recherche Institut Universitaire de Cardiologie et de Pneumologie du QuébecUniversité Laval
Chaire de recherche sur l'obésité ChaireRecherche et ÉducationRessourcesÉvénementsActualités
English
Chercher


Complications et aspects psycho-sociaux

Plus l’obésité est importante, plus les risques de morbidité s’accroissent. Avec un IMC au-delà de 35, les risques de décès, maladie cardiaque, hypertension, etc., augmentent rapidement et, au-delà de 40, la montée est encore plus impressionnante. Les raisons de cette mortalité élevée sont multiples: maladie coronarienne, défaillance cardiaque, hypertension, hypercholestérolémie, hypertriglycéridémie, diabète, insuffisance respiratoire, apnée du sommeil, embolie pulmonaire, néoplasie mammaire ou utérine, dégénérescence articulaire. L’indice de mort subite inexpliquée peut devenir même 40 fois plus élevé chez les obèses morbides que dans la population en général.

D’autres complications physiques non mortelles sont causées par l’excès de poids : la hernie diaphragmatique, le reflux oesophagien, l’incontinence urinaire, l’insuffisance veineuse périphérique, les varices, l’hypertension cérébrale (maux de tête), l’infertilité, les complications obstétricales et bien d’autres. Ce ne sont cependant pas les répercussions les plus néfastes de l’obésité morbide. À notre avis, et de l’avis du consensus des National Institutes of Health (NIH) des États-Unis, parmi les souffrances que cause l’obésité morbide, c’est le fardeau psychologique et social qui est le pire. L’obèse perd confiance, s’isole et ne fonctionne plus en société. C’est une situation qui mène au désarroi.

L’énumération de toutes les complications que peut causer l’obésité sévère est certes désagréable à entendre pour l’obèse, mais c’est là une vérité essentielle que son entourage et lui doivent connaître pour qu’un effort plus grand soit fait dans le but de l’aider à s’en sortir.




Haut de la page

AccueilCopyright 2006AvertissementPlan du siteNous joindre