Chaire de recherche sur l'obésité Centre de recherche Institut Universitaire de Cardiologie et de Pneumologie du QuébecUniversité Laval
Chaire de recherche sur l'obésité ChaireRecherche et ÉducationRessourcesÉvénementsActualités
English
Chercher


Prévalence

La prévalence de l'obésité et de la surcharge pondérale chez les enfants canadiens a augmenté de façon dramatique au cours des 20 dernières années1. Il existe plusieurs études de prévalence de l’obésité, mais il importe de faire la part des choses quant aux méthodes utilisées pour recueillir et analyser les renseignements. Les taux de surplus de poids présentés dans cette section sont fondés sur des mesures directes du poids et de la taille.

À travers le monde, on estime que l’obésité ou la surcharge pondérale touche plus de 22 millions d’enfants de moins de 5 ans et que 10 % des jeunes de 5 à 17 ans présentent un surplus de poids ou sont obèses (7). La figure 1 illustre l’augmentation de la prévalence de surplus de poids, tel que défini par les critères de l’IOTF (6), dans 7 pays différents entre 1970 et 2000. On observe une augmentation rapide de la prévalence, soit d’environ 0.5 % par année aux États-Unis et au Brésil et de près de 1 % par année au Canada, en Australie et en Angleterre, et ce, durant les deux dernières décennies.

Figure 1

Figure 1. Augmentation de la prévalence de surplus de poids chez les jeunes entre 1970 et 2000
Tranches d’âges représentées (années) : Australie, 2-18; Brésil, 6-18; Canada, 7-13; Chine, 6-18; Espagne, 6-14; Royaume-Uni, 7-11; États-Unis, 6-18.
Traduit et adapté de Lobstein et al. (2)

Aux États-Unis, depuis les années 70, la prévalence d’obésité chez les 2 à 19 ans, telle que définie à l’aide des courbes du CDC (5), a plus que doublé, passant chez les enfants de 2 à 5 ans de 5 % à 10 % et chez les adolescents de 12 à 19 ans de 6 % à 16 % (8, 9). Chez les enfants de 6 à 11 ans, elle a plus que triplé, passant de 4 % à près de 16 %, et on estime qu’aujourd’hui, environ 9 millions d’enfants de plus de 6 ans sont obèses.

En août 2006, Statistique Canada a émis un rapport présentant les résultats de l’Enquête sur la santé des collectivités canadiennes en 2004 (10). Ce rapport présente, entre autres, des données sur la prévalence d’obésité chez les enfants et les adolescents au cours des 25 dernières années (selon les critères de l’IOTF). On y apprend que l’IMC moyen des adolescents de 12 à 17 ans est passé de 20.8 kg/m2 en 1978 à 22.1 kg/m2 en 2004, et que les augmentations les plus importantes ont été observées chez les jeunes ayant les valeurs les plus élevées d’IMC. En 2004, 18 % des enfants et des adolescents de 2 à 17 ans avaient un surplus de poids, comparativement à 12 % en 1978, et 8 % étaient obèses, comparativement à 3 % en 1978. Le taux combiné d’embonpoint et d’obésité atteignait 27 % chez les garçons et 25 % chez les filles de 2 à 17 ans. Cependant, la proportion d’enfants de 2 à 5 ans qui présentaient un surplus poids ou étaient obèses n’a presque pas changé entre 1978 et 2004. Ce sont plutôt les taux combinés d’embonpoint et d’obésité des 6 à 11 ans et des 12 à 17 ans qui ont doublé. Toutefois, il est non négligeable de souligner qu’en 1978, la prévalence d’obésité était inexistante chez les 2 à 11 ans, tandis qu’en 2004, elle était de 6 % chez les 2 à 5 ans et de 8 % chez les 6 à 11 ans.

La situation est similaire au Québec, où en 1999, toujours selon les critères internationaux de l’IOTF (6), un jeune de 6 à 16 ans sur quatre présentait un surplus de poids. Selon l’âge, entre 10 % et 22 % des garçons et des filles présentaient de l’embonpoint tandis que 4 % à 10 % étaient considérés comme obèses (11). Les données de l’Enquête sur la santé des collectivités canadiennes de 2004 indiquent toutefois que la prévalence de surplus de poids et d’obésité chez les enfants et les adolescents du Québec (23 %) est inférieure à la moyenne nationale (26 %) (10).

Bien que, d'après une analyse récente, il semble y avoir une certaine stabilisation2, ces données sont révélatrices d'une crise de santé publique actuelle et à venir.

Classification de l’obésité chez l’enfant et l’adolescent

On définit l’obésité comme un excès de gras corporel résultant d’un déséquilibre entre l’apport et la dépense énergétique. Chez l’adulte, les critères d’identification de l’obésité sont bien définis tandis que l’obésité chez l’enfant ne fait pas encore consensus.

Afin de classifier l’obésité chez les enfants et les adolescents, différents paramètres anthropométriques peuvent être utilisés, telles que l’indice de masse corporelle (IMC), la circonférence de la taille, le ratio taille-hanche et l’épaisseur des plis sous-cutanés. L’IMC est à ce jour la mesure la plus utilisée pour définir l’obésité. Chez l’adulte, les valeurs d’IMC identifiant un surplus de poids ou une obésité sont associées à une morbidité et une mortalité significativement plus élevées (4). Chez l’enfant et l’adolescent, nous ne possédons pas de telles associations. Pour ces derniers, les références varient selon l’âge et le sexe en relation avec la croissance.

Des Courbes de croissance aux USA (en francais) en fonction de l’âge pour les garçons et les filles de 2 à 20 ans ont été développées et mises à jour en 2000 par le Centers for Disease Control and Prevention (CDC); elles sont basées sur les données recueillies entre 1963 et 1994 par le US National Center for Health Statistics (NCHS) (5). À l’aide de ces courbes, il est donc possible d’identifier un surplus de poids, caractérisé par un IMC pour l’âge se situant entre le 85e et le 95e percentile, ainsi qu’une obésité définie par un IMC pour l’âge égal ou supérieur au 95e percentile. (Calcul de l'indice de masse corporelle de votre enfant (PDF)). Afin d’éviter la possible stigmatisation sociale des jeunes se retrouvant dans ces valeurs, le CDC a décidé d’utiliser les termes « à risque de surplus de poids » et « surplus de poids » plutôt que les termes « surplus de poids » et « obésité ».

Évaluation

Chez l’enfant, les critères d’inclusion ont longtemps été arbitraires, utilisant souvent un percentile variant entre 85 et 97, selon une courbe de comparaison choisie à partir d’un groupe de référence arbitraire testé à une année donnée! Certaines études ajoutent même des mesures de plis cutanés. La distinction entre embonpoint et obésité n’est par ailleurs pas toujours précisée, ajoutant à la confusion. Dans le cas des enfants, les valeurs de poids et de taille sont habituellement rapportées par les parents, ce qui ajoute de la variabilité aux résultats. En conclusion, le manque de consensus quant à la standardisation des approches méthodologiques nuit considérablement à la fiabilité des résultats obtenus chez les enfants. C’est ainsi que l’analyse des dernières études donne des prévalences de l’obésité qui varient entre 3% et 19% chez les enfants. De manière générale, l’utilisation d’une même méthode permet à tout le moins de suivre la tendance évolutive dans le temps, sans que ces données soient nécessairement exactes, rendant ainsi périlleuse la comparaison entre des études utilisant des méthodes différentes.

Ces courbes d’IMC pour l’âge présentent des valeurs de référence arbitraires et discutables, étant donné qu’elles découlent d’une seule population de référence. De plus, les données de populations variant dans le temps, elles ne permettent pas de bien évaluer l’augmentation de la prévalence du surplus de poids. Ces courbes demeurent un bon outil d’évaluation, mais non de diagnostic. Les résultats peuvent être influencés par le statut de puberté et être tributaire d’une masse musculaire, d’une masse osseuse importante ou d’une forte stature. Il est donc de mise de les interpréter avec prudence et de mettre l'emphase sur le changement du poids dans le temps.

Également en 2000, des valeurs d’IMC basées sur les valeurs de référence chez l’adulte ont été déterminées par un comité d’experts de l’International Obesity Task Force (IOTF) (2, 6). Étant donné qu’il n’existait pas d’études ayant déterminé des valeurs d’IMC au-delà desquelles les risques de morbidité et de mortalité étaient plus élevés chez l’enfant, ce comité a recommandé l’utilisation de valeurs seuils spécifiques à l’âge correspondant au surplus de poids (IMC = 25) et à l’obésité (IMC = 30) chez l’adulte (18 ans), et ce, à partir de données de six pays différents. La détermination de ces valeurs repose donc sur l’hypothèse que les risques que représente le surpoids pour la santé à l’âge adulte sont les mêmes chez les enfants et les adolescents Tableau d'embonpoint IMC 25 et d'obésité IMC 30 de 2-18 ans (standards internationaux de Cole). L’utilisation de ces valeurs présente l’avantage de permettre des comparaisons internationales. Toutefois, elle ne permet pas d’identifier les enfants ayant une insuffisance pondérale et s’avère peu efficace lorsque l’on désire suivre l’évolution de la croissance d’un enfant dans un contexte plus clinique.

Références

1. Ebbeling CB, Pawlak DB, Ludwig DS. Childhood obesity: public-health crisis, common sense cure. Lancet 2002;360:473-82.
2. Lobstein T, Baur L, Uauy R. Obesity in children and young people: a crisis in public health. Obes Rev 2004;5 Suppl 1:4-104.
3. Academies IoMotN. Extent and Consequences of Childhood Obesity. In: Jeffrey P. Kaplan CTL, Vivica I. Kraak, ed. Preventing Childhood Obesity - Health in the Balance. Washington, D.C.: The National Academy Press, 2005.
4. WHO. Obesity: Preventing and Managing the Global Epidemic. WHO Obesity Technical Report Series 894. Geneva, Switzerland: World Health Organization, 2000.
5. Kuczmarski RJ, Ogden CL, Grummer-Strawn LM, et al. CDC growth charts: United States. Adv Data 2000:1-27.
6. Cole TJ, Bellizzi MC, Flegal KM, Dietz WH. Establishing a standard definition for child overweight and obesity worldwide: international survey. Bmj 2000;320:1240-3.
7. WHO. Global Strategy on Diet, Physical Activity and Health: Obesity and Overweight. http://www.who.int/dietphysicalactivity/publications/facts/obesity/en/index.html.
8. Ogden CL, Flegal KM, Carroll MD, Johnson CL. Prevalence and trends in overweight among US children and adolescents, 1999-2000. Jama 2002;288:1728-32.
9. Hedley AA, Ogden CL, Johnson CL, Carroll MD, Curtin LR, Flegal KM. Prevalence of overweight and obesity among US children, adolescents, and adults, 1999-2002. Jama 2004;291:2847-50.
10. Shields M. L’embonpoint chez les enfants et les adolescents au Canada. Nutrition : Résultats de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes.: Statistique Canada, 2004.
11. Institut de la statistique du Québec. Enquête sociale et de santé auprès des enfants et des adolescents québécois, Volet nutrition. 1999.

Références

1. Ebbeling CB, Pawlak DB, Ludwig DS. Childhood obesity: public-health crisis, common sense cure. Lancet 2002;360:473-82.
2. Lobstein T, Baur L, Uauy R. Obesity in children and young people: a crisis in public health. Obes Rev 2004;5 Suppl 1:4-104.
3. Academies IoMotN. Extent and Consequences of Childhood Obesity. In: Jeffrey P. Kaplan CTL, Vivica I. Kraak, ed. Preventing Childhood Obesity - Health in the Balance. Washington, D.C.: The National Academy Press, 2005.
4. WHO. Obesity: Preventing and Managing the Global Epidemic. WHO Obesity Technical Report Series 894. Geneva, Switzerland: World Health Organization, 2000.
5. Kuczmarski RJ, Ogden CL, Grummer-Strawn LM, et al. CDC growth charts: United States. Adv Data 2000:1-27.
6. Cole TJ, Bellizzi MC, Flegal KM, Dietz WH. Establishing a standard definition for child overweight and obesity worldwide: international survey. Bmj 2000;320:1240-3.
7. WHO. Global Strategy on Diet, Physical Activity and Health: Obesity and Overweight. http://www.who.int/dietphysicalactivity/publications/facts/obesity/en/index.html.
8. Ogden CL, Flegal KM, Carroll MD, Johnson CL. Prevalence and trends in overweight among US children and adolescents, 1999-2000. Jama 2002;288:1728-32.
9. Hedley AA, Ogden CL, Johnson CL, Carroll MD, Curtin LR, Flegal KM. Prevalence of overweight and obesity among US children, adolescents, and adults, 1999-2002. Jama 2004;291:2847-50.
10. Shields M. L’embonpoint chez les enfants et les adolescents au Canada. Nutrition : Résultats de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes.: Statistique Canada, 2004.
11. Institut de la statistique du Québec. Enquête sociale et de santé auprès des enfants et des adolescents québécois, Volet nutrition. 1999.



Haut de la page

AccueilCopyright 2006AvertissementPlan du siteNous joindre